Un jeu piraté pour lutter contre le piratage

Alors que les gros studios cherchent une solution pour lutter contre le piratage de leur titre, en imposant par exemple aux joueurs de disposer d’une connexion permanente, un studio de jeu indépendant propose une solution pour le moins originale.

L’histoire d’un studio victime de piratage

Patrick et Daniel Klug travaillent pour Greenheart Games, un studio de jeux vidéo indépendant australien. Ce sont également les deux développeurs de Game Dev Tyccon, un jeu qui permet de créer et gérer un studio de jeux vidéo. Disponible sous Mac, Linux et Windows, ce jeu ne coût que 6,49€ mais se retrouve malgré tout confronté au piratage. Leur est donc venue une idée originale, non pas pour lutter mais pour sensibiliser aux conséquences du téléchargement illégal de jeux.

Une version légale et une version illégale

Patrick et Daniel ont donc décidé de proposer eux-mêmes leur titre sur les plateformes de téléchargement légales et illégales. À la différence près que la version “piratable” du jeu comporte une fin inédite mais peu joyeuse : la faillite du studio que vous avez créé. Cette fin est d’ailleurs la seule disponible dans la version illégale. Voici le message qui apparaît :

“Chef, on dirait que beaucoup de joueurs jouent à notre nouveau jeu, mais ils le volent en téléchargeant une version crackée (piratée, NDLR) plutôt qu’en l’achetant légalement. Si les joueurs n’achètent pas les jeux qu’ils aiment, nous serons en banqueroute tôt ou tard.”

Rappelons rapidement que le problème de la piraterie a déjà posé de gros problèmes aux consoles portables comme la PSP et la DS. En effet, les joueurs ont rapidement eu accès aux jeux de façon illégale, et il risque d’en être bientôt de même pour la 3DS et la PS Vita, ce qui pourrait entraîner à moyen terme un désintérêt des studios de développement pour ces plateformes, et par la même occasion des plaintes des joueurs quant à la qualité des jeux proposés…

 

 

Publié par

Mister K

Poète le jour et Super-Héros la nuit, Bruce Wayne m'a piqué mon job, depuis, je suis accro aux Airwaves Cassis !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *