Les quatre consoles à surveiller en 2013

Le marché des jeux vidéo s’est ouvert à un public beaucoup plus large ces dernières années. La domination du trio Sony – Microsoft – Nintendo touche-t-elle à sa fin ?

Le profil des joueurs a changé, et les technologies ont évolué. Désormais, le joueur n’est plus caché derrière son PC, mais se trouve un peu partout : dans les transports en commun, au travail, dans son canapé… avec son téléphone, sa tablette ou sa console portable. Et la grosse nouveauté de ces dernières années, c’est que les filles jouent de plus en plus aux jeux (enfin, elles essaient ! Petite vanne facile, je sais…).

Et certains acteurs ont bien compris cette évolution et sont bien décidé à s’engouffrer dans le marché des consoles.

Project Shield (NVIDIA)

À mi-chemin entre une console portable et une console de salon, cette machine est munie d’un écran HD de 5 pouces pour pouvoir y jouer n’importe où, mais aussi d’une sortie HDMI pour pouvoir la brancher à son téléviseur.

Point fort : la possibilité de joueur en streaming aux jeux présents sur son PC grâce à la liaison Wi-Fi.

Point faible : il faudra impérativement posséder un PC Windows embarquant une carte graphique GeForce GTX 600.

La console est prévue pour le printemps en Amérique du Nord, mais certaines informations manquent encore, comme l’autonomie et le prix de la bête.

project_shield

 Steam Box (Valve)

Avec un design proche des équipements multimédias actuels, la Steam Box a beaucoup fait parler d’elle ces derniers mois. Mais la console de Valve reste malgré tout assez mystérieuse. On sait seulement qu’il s’agira d’une sorte de mini-PC permettant d’accéder aux services Steam depuis son canapé. Pratique pour les joueurs console jaloux de la qualité graphique dont jouissent leurs confrères sur PC, mais qui n’aiment pas jouer devant leur ordinateur.

Point fort : les caractéristiques techniques de la machine, à savoir une mémoire interne de 1 To (1000 Go), un port HDMI, 4 ports USB 2.0, quatre port USB 3.0 et un port ethernet.

Point faible : encore peu de détails sur cette console, et aucune date de sortie à l’heure actuelle.

steambox

Ouya (Ouya)

Présenté sur la plate-forme de financement participatif (crowdfunding) Kickstarter, le projet Ouya a récolté en quelques semaines plus de 8,5 millions de dollars, sur les 950.000 dollars demandés par ses créateurs. Fonctionnant sous Android, ce petit boîtier permettra de jouer aux jeux mobiles directement sur sa télé. Les développeurs n’auront pas de licence à payer, mais devront en contrepartie proposer du contenu gratuit. Cela pourra être une simple démonstration du jeu, ou bien un jeu en free-to-play.

Point fort : le prix de la console, qui sera vendue 99 dollars.

Point faible : on doute un peu de la qualité des jeux, puisqu’il s’agira essentiellement de jeux mobiles, du moins au début.

ouya

GameStick (PlayJam)

Suite au succès du projet Ouya, le studio PlayJam a également monté son projet Kickstarter pour financer sa console ultraportable, GameStick. Avec pour ambition de proposer le catalogue de jeux de Google Play, mais comptant aussi sur un réseau de 250 développeurs afin de proposer des contenus spécialement adaptés à la console, la GameStick se présente sous la forme d’une clé USB de 8 Go qu’il suffira de brancher sur le port HDMI de sa télévision. En quelques jours, le projet GameStick a récolté près de 250.000 dollars, sur les 100.000 demandés, et il reste encore 24 jours avant la fin de la récolte de fonds.

Point fort : le prix de la console qui sera de 79 dollars (moins cher que la Ouya) et celui des jeux (beaucoup seront gratuits, et les autres seront vendus pour quelques dollars).

Point faible : ces défauts risquent d’être les mêmes que ceux de la Ouya, à savoir un catalogue de jeux trop orienté mobile gaming.

GameStick

 

Vous l’aurez compris, le marché du jeu vidéo risque bien d’être le théâtre d’une nouvelle guerre des consoles. Reste à savoir si le joueur en sera réellement le grand gagnant …

 

Publié par

Mister K

Poète le jour et Super-Héros la nuit, Bruce Wayne m'a piqué mon job, depuis, je suis accro aux Airwaves Cassis !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *