Les Gardiens de la Galaxie: le meilleur des films Marvel

Quand une bande de loosers charismatiques s’unissent pour sauver la galaxie, le résultat est surprenant, visuellement réussi et totalement barré.

Les cinq fantastiques

J’ai toujours admiré la façon dont Marvel construisait son univers au cinéma, entre références aux comics book, promotion des prochains films lors de la scène post-générique ou encore allusions aux autres longs métrages dans chaque nouvelle super production. Pourtant, en dehors de The Avengers qui était un véritable plaisir visuel et arrivait à tirer parti de la meilleure facette de chacun de ses protagonistes (notamment Hulk ou encore Loki en méchant charismatique) et Iron Man 3 qui bénéficiait de l’imagination déjantée de Shane Blake et du fabuleux jeu d’acteur de Robert Downey Jr., je suis constamment resté sur ma faim.

La plupart des super-productions Marvel se résumait à un début de film intéressant (je pense notamment à Captain America : Le Soldat de l’Hiver qui se rapprochait davantage du thriller d’espionnage pendant la première partie avant d’être rattrapé par tous les clichés du film d’action hollywoodien un brin patriotique), un peu de psychologie au milieu (il faut bien que le héros se demande s’il est vraiment à sa place et si tout ce qu’il fait est bon pour l’humanité… des questions classiques que tout le monde se pose au p’tit déj) et un déluge d’explosion à la fin… Autant dire que cette plongée dans l’univers cosmique de Marvel ne m’attirait pas plus que ça…

les-gardiens-de-la-galaxie(2)

Du Star Wars dopé aux amphétamines et à la sauce Marvel

L’histoire de Gardiens de la Galaxie est assez classique mais efficace : en 1988, Peter Quinn perd sa mère lorsqu’il était enfant avant de se faire enlever par des extraterrestres. Des années plus tard, il est devenu un hors-la-loi gagnant sa vie en volant des reliques rares à travers la galaxie. Sa vie bascule alors qu’il essaie de s’emparer d’un artefact mystérieux et il va s’en suivre une série d’événements qui vont l’amener à rencontrer ses compagnons d’infortune : Gamora la guerrière, Drax le colosse de muscles susceptible, Groot l’arbre et Rocket le raton laveur. Tous vont devoir s’unir pour sauver la galaxie.

Vous l’avez compris, Gardiens de la Galaxie est un space opera très rythmé et totalement décalé qui fait voyager le spectateur aux quatre coins de la galaxie, dévoilant au passage de magnifiques effets spéciaux et paysages virtuels. Là où le film fait très fort (et se démarque réellement de l’univers Avengers), c’est qu’il reprend tous les clichés propres aux blockbusters hollywoodiens et les détourne avec beaucoup d’humour. Chaque personnage est attachant à sa manière et toutes les scènes semblent minutées à la seconde près pour ne pas laisser le spectateur tomber dans l’ennui ou au contraire se retrouver sevré d’action et d’explosions (mention spéciale pour la bataille finale, véritablement impressionnante !) Le film ne tombe pas pour autant dans l’excès d’humour, et le script laisse un peu de place à quelques séquences d’émotion bien dosées et intelligentes, renforçant notre attachement aux protagonistes.

On a donc affaire à un super film d’action qui a décidé de jouer la carte du délire cosmique tout en se détachant légèrement de l’univers de Captain America & Co (comprenez que la scène la plus intéressante du film ne se situera donc pas après le générique), ce qui permet d’aller voir le film sans avoir vu les précédentes productions Marvel. Une touche de simplicité qui fait plaisir tant l’univers vidéoludique du géant américain devient riche et complexe.

Gardiens de la Galaxie est indéniablement le meilleur film de super-héros produit par Marvel et dispose en plus d’une excellente bande son seventies qui vous mettra de bonne humeur pour le reste de la semaine.

Publié par

Mister K

Poète le jour et Super-Héros la nuit, Bruce Wayne m'a piqué mon job, depuis, je suis accro aux Airwaves Cassis !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *