À quoi ressembleront les jeux vidéo de demain ?

La PlayStation 4 et la Xbox 720 sont annoncées avec de plus en plus d’insistance. Mais que proposeront donc ces futures consoles ?

Le débat était déjà le même à l’époque de la sortie de la PlayStation 3 et la Xbox 360. On se demandait déjà ce qu’elles pourraient proposer de mieux que la PS2, en disant que la technologie ne serait pas assez avancée pour proposer des graphismes photoréalistes. Et lorsque la nouvelle génération de console a débarqué, il faut bien avouer qu’on a tous pris une petite claque : entre des graphismes d’une finesse jamais vue sur console ou une jouabilité réellement novatrice, avec la Wii et le Kinect de Microsoft, les trois machines de Sony, Nintendo et Microsoft ont bien répondu à toutes les attentes des joueurs (je parles de ceux qui utilisent une machine de salon, pas les PC-istes, qui sont encore à part… il faut toujours qu’ils fassent les originaux de toute façon).

Alors, au-delà de l’aspect purement graphique, à quoi peut-on s’attendre exactement ?

Une amélioration sensible de l’Intelligence Artificielle

Ce n’est pas le paramètre le plus mis en avant par les éditeurs de jeux, encore qu’on dénote une certaine progression à ce niveau-là en termes de communication, mais c’est celui qui peut faire passer un jeu du statut de référence à celui d’arnaque à éviter. Les jeux des prochaines consoles devront donc proposer une IA capable de s’adapter, d’évoluer en équipe, de se mettre à couvert, de prendre des initiatives lors des jeux coopératifs en solo…  Bref, des réactions normales.

Ce sera donc le travail le plus important à effectuer en terme d’innovation, comme l’a suggéré Yves Jacquier, producteur exécutif chez Ubisoft Montréal : “D’une manière générale, l’industrie s’attend à ce que le rendu graphique d’un jeu ne soit plus une caractéristique aussi importante que par le passé… Les graphismes sont plus immédiatement vendeurs, parce que vous pouvez montrer des choses, contrairement à l’IA. Mais quel est l’intérêt de proposer quelque chose de plus crédible et de mieux animé, si vous avez une mauvaise IA ?” On sait donc désormais sur quel critère les studios vont particulièrement plancher !

Moins de spectaculaire, plus de réalisme

Des jeux tels que Modern Warfare ou Uncharted ont bâti une partie de leur succès sur ce qu’on appelle des scripts, à savoir des actions gérées automatiquement par le scénario du jeu (un immeuble qui s’effondre lorsque l’on passe à un point précis par exemple). D’autres jeux, comme Heavy Rain, ont réussi le tour de force de rendre les interactions entre protagonistes plus naturelles, et donc plus humaines.

Un autre point important, en restant sur l’exemple d’Heavy Rain, sera le travail à effectuer sur les émotions perçues, aussi bien au travers des visages que des dialogues. Cependant, plus un jeu est réaliste, plus ses défauts sont perceptibles. On devrait donc se diriger vers deux types bien distincts de graphismes proposés : le photoréalisme ou l’exagération des traits, à la manière d’un Gears of War par exemple. Ajoutons à cela les jeux dans le plus pur style cartoon (Rayman, Little Big Planet) et les jeux japonais (Final Fantasy), qui sont encore dans une catégorie à part.

Les jeux prévus sur consoles nouvelle génération devraient tirer partie de la puissance de celles-ci pour accentuer le réalisme de certaines actions, et rendre les jeux plus humains, et donc plus immersifs.

 

L’internet au service du multi-joueurs et du dématérialisé

Si le multi-joueurs en était à ses balbutiements à l’époque de la PlayStation 2, il s’est totalement développé sur la PS3 et la Xbox 360. Mais encore limité aujourd’hui en termes de participants, à quelques exceptions près, il devrait encore évoluer, aussi bien au niveau de la taille des cartes que du nombre de joueurs qui pourront s’affronter en ligne. Le nombre de connexions haut débit augmentant, il est clair que cette évolution sera l’une des composantes majeures des prochains jeux vidéo.

Concernant le dématérialisé, Sony n’en serait pas à son premier coup d’essai. On se souvient notamment de la PSP Go, qui n’intégrait aucun support physique. Et bien le constructeur japonais pensait faire de même avec la PlayStation 4, mais il n’en sera rien, en raison de de l’inconstance des débits à travers le monde, qui risquerait à terme de décourager les joueurs qui devraient patienter plusieurs jours qu’un jeu acheté en ligne soit enfin téléchargé et disponible sur sa machine. À voir quand même avec notamment l’évolution du Cloud Computing, et les chiffres des jeux téléchargés via un store en ligne qui augmentent de plus en plus.

Des graphismes de plus en plus poussés

On en vient au dernier point de cet article, concernant la partie graphique. Les prochains moteurs graphiques devraient non seulement servir la beauté des jeux, mais aussi l’évolution du décor (décors détruits, état des lieux après un incendie, calcul du cycle jour/nuit). Le principe serait donc de renforcer la physique des jeux, pour faire évoluer le joueur dans un monde toujours plus réaliste. La prochaine génération de console proposerait aussi des objets tous physiquement indépendants, et répondant à leur propre poids. On parle aussi bien des objets projetés lors d’une explosion, que d’autres détails plus difficiles à gérer, comme l’eau projetée sur le joueur ou le mouvement des cheveux.

 

Vous l’aurez compris, les prochaines consoles sont donc attendues au tournant, et on espère qu’elles sauront rivaliser avec les derniers PC de gamers !

Publié par

Mister K

Poète le jour et Super-Héros la nuit, Bruce Wayne m'a piqué mon job, depuis, je suis accro aux Airwaves Cassis !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *